Diagnostic QAI : que devez-vous savoir?

DEVENIR REDACTEUR

Vous souhaitez rédiger des articles sur l’une de nos thématiques ? N’hésitez pas à consulter nos conditions d’utilisation. 

Le diagnostic QAI sert à déterminer les polluants présents dans l’air intérieur et de mesurer leur niveau de concentration. C’est un audit obligatoire pour les ERP et facultatif pour les locaux de travail et chez les particuliers. Mais de quoi s’agit-il au juste ? Pourquoi le réaliser ? Quelles sont les réglementations en vigueur ? Réponses.

L’importance du diagnostic QAI

Plusieurs éléments polluent continuellement l’air intérieur. La respiration humaine et les appareils à combustion tels que la chaudière murale sont, par exemple, sources de CO2. Les isolants, le mobilier, les revêtements, les produits d’entretien et autres émanent des composés organiques volatils, du benzène, du formaldéhyde…  Le sous-sol, quant à lui, émet du radon. Il s’agit d’un gaz radioactif qui provient de la désintégration de l’uranium et du radium présents dans le sol et les roches. Naturels ou chimiques, tous ces polluants sont nuisibles voire toxiques et cancérigènes. Bien qu’elle soit anodine, l’humidité dans la maison agit aussi sur la santé humaine et nuit à la salubrité du bâtiment en favorisant la prolifération de moisissure et de bactéries.

En ce sens, la réalisation du diagnostic qualité de l’air intérieur est une étape essentielle pour prévenir les risques sanitaires encourus par les occupants d’un bâtiment. Cet audit doit être effectué tous les 7 ans par des organismes accrédités COFRAC. Les frais sont à la charge du propriétaire ou de l’exploitant du bâtiment. Le coût dépend du volume et du nombre de pièces à examiner.

Les réglementations relatives au diagnostic QAI

Comme mentionné plus haut, la réalisation du diagnostic QAI est facultatif pour les logements et les lieux de travail. En revanche, cet audit est obligatoire pour les écoles maternelles, les écoles élémentaires, les crèches, les garderies et tous les établissements d’accueil collectif recevant des enfants âgés de moins de 6 ans depuis 2018. Les lycées et les centres de loisirs se sont retrouvés concernés par cette obligation en début d’année 2020. Prochainement (en 2023), les établissements sanitaires et sociaux qui reçoivent des mineurs seront également obligés de réaliser le diagnostic QAI tous les 7 ans. Il en va de même pour les établissements sportifs couverts.

Il va de soi que le diagnostic qualité de l’air Intérieur doit être réalisé suivant des normes. Il y a notamment les Limites d’Exposition pour les Personnels (VLEP) et les VGAI ou Valeurs Guides pour l’Air Intérieur. Ces dernières sont publiées et mises à jour mondialement par l’OMS. Au niveau national, ce sont l’ANSES et le HSCP qui s’en chargent.

Comment se passe un diagnostic de la qualité de l’air intérieur ?

Généralement, les professionnels accrédités utilisent des capteurs d’air ambiant pour diagnostiquer la qualité de l’air intérieur. Ces dispositifs capturent les molécules de tous les polluants présents dans l’air pendant 24h ou au moins durant un cycle complet d’activité dans les locaux. Les diagnostiqueurs identifieront, par la suite, les molécules capturées et mesureront leur taux de concentration. 

Par ailleurs, il est utile de savoir que l’estimation de la concentration de certains polluants présents dans l’air intérieur est possible à l’aide d’un analyseur compact. Ce dernier va fournir des informations en temps réel ; or, le niveau de concentration de pollution intérieure change constamment en fonction de l’heure, des activités et du niveau d’occupation. De plus, les catalyseurs compacts ne peuvent identifier que quelques polluants.

Même s’il n’est pas obligatoire pour tous, le diagnostic QAI est une étape cruciale pour déterminer le taux de polluants présents dans l’air intérieur et prévenir les risques. Notons que l’insalubrité de l’air intérieur impacte négativement sur les capacités cognitives et peut occasionner diverses maladies telles que la bronchite chronique. 

IMPORTANT

Les informations présentées sur ce site doivent être interprétées avec prudence. Celles-ci sont rédigées par des rédacteurs pour le compte des entreprises qu’elles représentent afin de promouvoir leur produit, service ou entreprise.

Catégories