Energie 2021/2022 : bilan et prévisions

energie

DEVENIR REDACTEUR

Vous souhaitez rédiger des articles sur l’une de nos thématiques ? N’hésitez pas à consulter nos conditions d’utilisation. 

Avec la pandémie de Covid-19, le marché énergie a énormément été chamboulé. En effet, les prix du gaz et de l’électricité ont atteint des niveaux jamais égalés. Le gouvernement a même dû intervenir il y a quelques semaines pour limiter la hausse des factures de gaz et d’électricité. Retour sur une année qui a chamboulé le marché et regard sur les perspectives

2021 : une année pas comme les autres en terme d’énergie

L’année 2021 dans le secteur énergétique s’est découpée en trois temps. Le premier est marqué par le semestre 1. En janvier il y a un an, les prix de l’énergie étaient encore au plus bas, après les records historiques de 2020. Pour rappel au 1er janvier 2021, le prix de l’électricité était à 51,44€/MWh (contre moins de 40 €/MWh en mars 2020) et le prix du gaz à 16,15€/MWh (contre moins de 12 €/MWh en mars 2020). Ces tarifs sont restés à peu près stables jusqu’en avril. A la mi-semestre les prix de l’énergie sont doucement repartis à la hausse. La reprise économique, notamment en Asie a fait augmenter ceux du gaz et du CO2. La tendance haussière mais légère s’est poursuivie jusqu’en juin.

Arrive ensuite le deuxième temps fort de 2021 : le 3ème trimestre. A partir de juillet, la flambée des prix s’accélère et atteint des prix déjà historiques. Pour preuve, l’été dernier, le prix des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité ont flambé à plusieurs reprises, tant pour les particuliers que les petits professionnels. Pour se remémorer ces hausses, elles étaient de : +10% pour le gaz au 1er juillet 2021, de +1% pour l’électricité au 1er août 2021, s’ajoute encore à la facture du gaz de juillet +5% en août 2021. Soit +5,5 % pour le chauffage au gaz, +1,6 % pour le gaz de cuisson, et + 3,3 % pour la cuisson et l’eau chaude.

Enfin troisième et dernier temps de 2021 : le 4ème trimestre. Les prix du gaz explosent, les stockages européens sont faibles. D’une part à cause d’une demande asiatique très forte en GNL (Gaz Naturel Liquéfié) et surtout en raison du retard colossal pris par la mise en place du gazoduc Nord Stream 2. Ce dernier, ayant peiné à voir le jour entre les sanctions américaines et l’incapacité de l’Europe à adopter une position commune, ne participe toujours pas à l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe. Il attend d’ailleurs toujours son homologation par le régulateur allemand. La Commission Européenne devrait se pencher sur le sujet en mars.

La disponibilité des centrales nucléaires ainsi que l’explosion de la demande suite au guichet ARENH* pour 2022 rendent « fous » les marchés qui s’écroulent dans les derniers jours de 2021. Les prix atteignent des sommets. Au 31 décembre 2021, le prix de l’électricité était de 226,20€/MWh, (avec un record à 407,50€/MWh le 23/12), soit une inflation de +440% sur l’année. Quant au gaz, en ce dernier jour de 2021, le prix était de 78,32€/MWh (avec un record à 139,83€/MWh le 23/12), soit une inflation de +485% en 2021.

Des évènements qui ont mis le gouvernement en difficulté

En septembre 2021, les compteurs s’affolent et on anticipe l’envolée probable des factures pour les particuliers et les professionnels. Pour limiter cette hausse, l’ensemble de la communauté de l’énergie, que ce soit les associations de consommateurs, les fournisseurs alternatifs ou encore les tiers opérateurs, demandent une augmentation de l’ARENH. Mais le gouvernement n’agit pas.

C’est seulement à la fin du mois de septembre, au 30/09 que Jean Castex, le premier ministre annonce le bouclier tarifaire : les tarifs réglementés du gaz naturel seront gelés sur les niveaux d’octobre 2021 jusqu’au 30 juin 2022 et la hausse des tarifs réglementés d’électricité est limitée à 4 % au 1er février 2022. L’Etat a fortement impacté les fournisseurs historiques (EDF et Engie). Pour eux, il y a eu une forte augmentation des prix d’achats sans possibilité de faire évoluer leurs prix de vente.

Comment l’Etat a-t-il mis ces mesures en place ? Pour le gaz, le gouvernement compensera les pertes des fournisseurs de gaz naturel (ceux ayant moins de 300 000 clients résidentiels) concernés par le bouclier tarifaire. Et pour l’électricité, le gouvernement baisse la taxe TCFE (Taxe sur la Consommation Finale d’électricité), la passant ainsi de plus de 25€ à 1€/MWh pour les particuliers et les TPE et de 23,6 €/MWh à 0.5 €/MWh pour les PME (soit le montant minimal). « Il faut savoir que dans une facture, le coût de l’énergie à proprement dit représente seulement 40% de la dépense, quand l’acheminement et les taxes eux, représentent chacun 30% de cette dernière. Aujourd’hui l’Etat agit sur la défiscalisation mais pas sur l’acheminement. Nous avons vu que ce n’était pas suffisant, beaucoup de professionnels ont dû arrêter pendant un temps certaines de leurs chaines de production quand d’autres ont même dû mettre la clé sous la porte. » explique Charlie Evrard, président et fondateur de Mon Courtier Energie. Malgré ces annonces gouvernementales, les prix de l’électricité continuent de grimper jusqu’en décembre. L’Etat sort enfin la carte tant attendue par la communauté énergie : l’augmentation du guichet ARENH. Il passe ainsi de 100TWh à 120TWh, pour maintenir son engagement de limitation de la hausse à 4%. Les 20TWh supplémentaires sont valorisés à 46,20€/MWh. L’Etat a « bradé » une partie de l’électricité produite par EDF, que l’entreprise aurait pu valoriser sur le marché à des prix supérieurs à 100 €/MWh.

Vision sur l’année 2022

La question est sur toutes les lèvres : les prix de l’énergie vont-ils baisser au cours de l’année 2022, ou au contraire va-t-il y avoir un rattrapage sur le dos des consommateurs et des entreprises après les efforts déployés par le gouvernement pour venir en aide aux Français ?

« L’année 2022 promet d’être une mauvaise année pour les consommateurs d’électricité et de gaz naturel. Les prix devraient se maintenir à un niveau élevé au fil des mois selon nos indicateurs chez Mon Courtier Energie. Les prix futurs de l’énergie montrent actuellement une baisse seulement à partir de la fin de l’année 2023 sans toutefois revenir au niveau de 2020. Si les anticipations des traders se concrétisent, les consommateurs vont devoir s’habituer à payer leur électricité à minima le double. » analyse Charlie Evrard.

Pour résumer, en 2021, et particulièrement en décembre dernier, l’explosion des prix a eu un impact très important sur les clients. En moyenne ils enregistrent un doublement de leur facture énergétique par rapport à leur prix initial. « La facture énergétique peut représenter jusqu’à 30% des charges d’une entreprise. Mais ce budget pourrait bien exploser davantage. La flambée des prix du marché va générer des augmentations comprises entre 25% et 250% supplémentaires du budget des entreprises en 2022 ! C’est pour cela qu’il est primordial pour elles de se faire accompagner par un courtier en énergie afin de limiter la hausse. » explique Charlie Evrard, président et fondateur de Mon Courtier Energie.

IMPORTANT

Les informations présentées sur ce site doivent être interprétées avec prudence. Celles-ci sont rédigées par des rédacteurs pour le compte des entreprises qu’elles représentent afin de promouvoir leur produit, service ou entreprise.

Catégories