Comprendre l’isolation des combles avec ce guide

Dans la plupart des diagnostics sur les performances énergétiques, les déperditions de chaleur se produisent surtout au niveau du toit. En effet, il s’avère que 30 à 35 % des énergies (chaleurs) sont perdues à travers le toit. Il n’existe qu’un seul moyen pour éviter cela, mettre en place une bonne isolation thermique sur les combles.

L’isolation des combles peut être réalisée de différentes manières. Bien faite, elle permettra donc de réduire drastiquement les déperditions. Mais il ne faut pas seulement se limiter à la toiture. Pour une performance optimale, il est préférable d’optimiser tous les points de déperdition y compris les murs et le sol. Pour aider ceux qui prévoient ce type de travaux prochainement, voici un guide de l’isolation des combles complet et tout ce qu’il faut savoir.

Guide de l’isolation des combles : les types de combles

Il existe deux types de combles, ceux qui sont aménageables et ceux perdus. Les premiers sont souvent transformés en grenier ou chambre habitable. Les seconds du fait de la charpente en fermette de la maison ne sont pas habitables. Naturellement, les méthodes utilisées pour leur isolation sont différentes.

Il est à noter qu’on isole les combles principalement pour plusieurs raisons. D’abord, cela permet d’éviter les pertes de chaleur. Mais aussi parce que cela confère la maison un meilleur confort. En réalité l’isolant va contribuer à réguler la température intérieure aussi bien en été qu’en hiver. Lorsqu’il fait torride dehors, il sera plus frais dans la maison et vice versa.

Une bonne isolation augmente de même la valeur vénale d’un bâtiment. En effet, son prix lorsqu’on va le revendre peut augmenter jusqu’à plus de 40 %. Mais encore faudra-t-il choisir une technique permettant une isolation durable. On verra par conséquent dans ce guide de l’isolation des combles en premier lieu les différentes méthodes possibles.

Isolation des combles en fermette

Tout d’abord, il est totalement indispensable de procéder à l’isolation de combles plutôt que celle du toit, puisqu’il n’y a pas de zone aménagée. Cela va diminuer encore plus les dépenses en énergie, puisqu’il y a moins d’espace à réchauffer. De plus, puisqu’il n’y aura pas d’occupant dans les combles, on peut très bien ne pas se soucier de l’esthétisme. D’autant plus que cela élargit l’éventail quant au choix de la matière isolante. Il y a de même deux manières d’isoler les combles perdus.

D’abord, on a l’isolation des combles par soufflage. Cela consiste tout simplement à souffler la matière isolante à l’intérieur des combles. On utilise dans ce cas un outil spécifique. Les flocons vont alors s’accumuler, formant une couche épaisse qui servira d’isolant. En effet, cette méthode vous offre de nombreux avantages. L’une d’elles est la rapidité. Elle s’effectue en effet en quelques minutes. Qui plus est, elle permet de remplir tous les espaces vides.

Le seul inconvénient de l’isolation des combles par soufflage est que l’on doit se procurer un outil de soufflage. Or, seul un professionnel peut en fournir. Il faudra alors recourir à ses services. Cela engendrera bien évidemment des dépenses supplémentaires.

Isolation des combles aménageables

Les combles aménageables sont habitables. En général, ils servent de grenier ou de chambre pour enfant. Leur isolation est plus facile et moins coûteuse que pour isolation des combles perdus. Il suffit en effet d’acheter un isolant en plaque ou en rouleau que l’on installera simplement sur la partie habitable des combles et de couvrir le tout d’un revêtement.

On n’a pas besoin alors d’un professionnel pour effectuer les travaux. Même un simple néophyte peut s’en sortir facilement. Il n’y a nul besoin d’un soufflage ou d’un équipement particulier. D’autant plus, qu’il est possible de mettre en place une double couche de matière pour améliorer encore les performances thermiques de la maison.

Mais si on décide de le faire par soi-même cela risque de prendre plus de temps. En dehors de ce petit désagrément, l’isolation de combles habitables ou du grenier est moins couteuse.

Guide des matériaux pour l’isolation des combles

La qualité de l’isolation dépend de celle du matériau choisi. Et sur le marché, il existe différentes sortes. Mais il est possible de les classer en deux catégories. Il y a d’un côté les matières à base de fibre naturelle, dont le bois et les minéraux. Celles-ci sont les plus chères, mais permettent de retenir efficacement la chaleur.

Les matériaux d’isolation naturels

Dans ce domaine, deux types de matériaux sont assez incontournables, le chanvre et la laine minérale. Le premier est proposé en flocon, en panneau ou en rouleaux. Il peut servir aussi bien pour l’isolation des combles aménageables que ceux perdus. Il est en outre traité avec un produit comme l’arsenic le permettant de résister à toute forme d’humidité. Ne retenant pas l’eau, le chanvre comme isolant ne putréfie pas.

Le liège est aussi une excellente alternative au chanvre. Ce bois est même beaucoup plus performant. Il est toutefois beaucoup moins abordable par rapport aux autres matériaux. En termes de rapport qualité-prix, rien n’égale la ouate de cellulose. Celle-ci est plus accessible. Toutefois, elle est vendue uniquement en rouleau ou en plaque, ce qui la rend incompatible avec la technique de soufflage.

En dehors des matières faites avec des plantes, il y a également celles qui sont faites de minéraux comme la laine de verre. Il est possible d’en trouver à un prix de moins de 10 euros le m2. Toutefois, elles sont assez difficiles à manipuler. Sans équipement adéquat il vaut mieux s’en passer, car elle se détériore facilement. Néanmoins, la laine minérale est un excellent isolant à la fois thermique et acoustique.

Les matériaux d’isolation synthétiques

En effet, le polyester expansé est l’une des références dans cette catégorie. Il est conçu à base de pétrole et proposé sous forme de panneau en billes compressées. Possédant une optimale capacité d’isolation, il est de même assez facile à poser. Il laisse également s’échapper facilement l’eau sous forme de vapeur. Cela lui permet de limiter l’humidité. Du fait qu’il s’agit d’un dérivé du plastique, il est assez léger et abordable. Son point faible reste la toxicité du gaz qu’il génère au contact du feu. Il s’enflamme par ailleurs assez facilement.  

Partagez cette information :
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email