Les principaux points à retenir sur le ramonage d’une chaudière à gaz

Au même titre que les installations électriques de la maison et de la cheminée, il faut régulièrement entretenir la chaudière à gaz. Elle doit être ramonée afin de préserver la sécurité de la maison et de ses habitants. Le ramonage est aussi entrepris pour des raisons sanitaires. Les réglementations en vigueur l’ont érigé en obligation légale pour les propriétaires et les locataires d’immeubles. Dans cet article, nous allons nous focaliser sur les points à retenir sur le ramonage d’une chaudière à gaz.

Dans quels cas faut-il impérativement ramoner une chaudière à gaz ?

Depuis 2009, il est devenu obligatoire d’entretenir annuellement les chaudières à gaz. Les travaux concernent presque la totalité des équipements de chauffage mis à part les mini chaudières dont la puissance n’excède pas 4 kilowatts.

En outre, le ramonage d’une chaudière à gaz est effectué une fois au mois par an. Cette opération doit comprendre le contrôle de l’équipement (vérification de l’état des brûlures, estimation du taux de monoxyde de carbone produit par la chaudière), la vérification et le nettoyage des conduits d’évaluation.

Toutefois, la fréquence pour réaliser les travaux de ramonage est souvent fixée par des réglementations locales (arrêté municipal ou départemental). Il arrive que celles-ci imposent un ramonage plus fréquent. Dans la majorité des cas, elles prescrivent deux ramonages par an. La première intervention a lieu en principe au cours de la période de chauffe. Quant à la seconde, elle est effectuée en dehors de cette dernière. Par conséquent, pour connaître la fréquence des travaux, il faudra que vous fassiez référence au règlement sanitaire départemental de votre ville. Vous pouvez également faire appel à un ramoneur professionnel. Sachez que cet artisan peut aussi s’occuper du ramonage de votre chaudière.

Pourquoi est-ce important de ramoner sa chaudière à gaz ?

Le ramonage permet de supprimer les couches de suies et les résidus dans le conduit de la chaudière à gaz. Ces éléments peuvent le boucher et augmentent par conséquent les risques d’incendie. En outre, le ramonage présente de nombreux avantages.  

D’une part, il optimise le tirage de cet équipement de chauffage. En effet, un conduit trop encrassé entraîne une surconsommation d’énergie et un gaspillage de gaz naturel à cause du mauvais tirage. Ce qui a d’ailleurs un impact considérable sur la durabilité de la chaudière à gaz.

D’autre part, le ramonage de cette dernière est effectué par mesure de sécurité. Cette opération prévient les risques d’intoxication au monoxyde de carbone. Le manque d’entretien du conduit de la chaudière favorise également les risques d’incendie. Le feu pourrait alors rapidement se propager à la maison et au voisinage. Pour toute omission à cette obligation légale, notre assurance ne couvrira pas les dommages causés par le sinistre. De surcroît, le non-respect de celle-ci est passible de sanctions pénales, notamment le paiement d’une amende. Pour que le ramonage de votre chaudière se fasse correctement, nous vous conseillons de le confier à cette entreprise de ramonage de chaudiere en Seine et Marne

Quel budget préparer pour le ramonage d’une chaudière à gaz ?

Il faut nécessairement faire appel à un ramoneur agréé pour le ramonage d’une chaudière à gaz. Après son intervention, il vous remettra un certificat de ramonage. Ce document jouera en votre faveur en cas de sinistre. Il témoigne du bon entretien de cet équipement. Il prouve également que l’incident ne résulte pas de son mauvais état. Par conséquent, la totalité des dégâts sera couverte par votre assurance.

En outre, le tarif des professionnels du domaine n’est pas le même pour cette prestation. Pour avoir une idée de son prix, demandez un devis au préalable.  

À titre indicatif, il faudra en moyenne compter entre 50 € et 100 € pour l’entretien d’une chaudière à gaz. Ce prix comprend le ramonage du conduit et le remplacement des pièces défectueuses. Il peut cependant varier selon les spécificités de l’équipement en place, le type de problèmes constaté et la durée des travaux.

Partagez cette information :
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email